Journal,  Livre

J’ai lu : Forteresse digitale

Résumé

Susan Fletcher, qui est à la tête de la division Cryptologie de la NSA (National Security Agency), se trouve face à un problème sans précédent. Le superordinateur TRANSLTR (comprendre TRANSLATOR) à deux milliards de dollars et trois millions de microprocesseurs utilisé par la NSA pour casser tous les codes qui chiffrent les communications mondiales (courriels, etc.) se trouve devant une impasse lorsqu’un ancien cryptologue de la NSA, Ensei Tankado dévoile l’existence d’un nouvel algorithme. Alors qu’il faut habituellement quelques minutes pour qu’un fichier soit déchiffré, ce superordinateur recherche toujours la solution après déjà 15 heures, ce qui ne peut être expliqué que par l’existence d’un code incassable, la Forteresse Digitale.

Tandis que son fiancé David Becker est envoyé en Espagne pour « Un simple aller-retour » par le Commandant Trevor Strathmore, Susan est appelée à la rescousse par ce dernier afin de trouver la raison du problème. Rapidement, Susan comprend qu’un code incassable existe, et a été créé par Ensei Tankado. Celui-ci compte le vendre aux enchères si Strathmore ne révèle pas au monde entier l’existence de TRANSLTR.

Ainsi se créent en parallèle deux intrigues : d’un côté celle de David qui, difficilement, cherche à récupérer une bague en or appartenant à Tankado, mort depuis, et susceptible de renfermer la clé ; de l’autre celle de Susan qui recherche comment casser le code, comment l’exploiter et comment empêcher la divulgation du code qui rendrait la NSA impuissante.

Puis, cette dernière apprend que Greg Hale est le complice de Tankado. Mais lorsqu’elle essaie de prévenir son supérieur, un informaticien découvre un virus sur le superordinateur, et coupe le courant afin d’éviter que celui-ci ne se retrouve dans la base de données top-secrète de la NSA. Mais il échoue, mis KO par Hale et tué par erreur par Strathmore. Hélas, Hale commet l’erreur de couper le courant, et le circuit auxiliaire ne se met en place que pour l’ordinateur et non pour les lumières. La suite de l’intrigue se passe dans le noir : l’héroïne apprend de son chef son projet d’insérer une « porte secrète » à l’algorithme et fait tout pour l’aider.

Soudain, une alarme se fait entendre : l’ordinateur est en surchauffe. Strathmore essaie donc de couper l’ordinateur. Mais celui-ci refuse : il est infecté par un virus informatique. Il devient donc nécessaire de couper le courant, ce qui est fait. Mais l’ordinateur prend feu et explose, tuant le Commandant. C’est alors que Susan réussit à s’en sortir et être récupérée par M. Fontaine, Directeur des opérations de la NSA.

Pendant ce temps, David n’a pas chômé. Après avoir récupéré la bague, il est poursuivi par un tueur. Il réussit à s’en débarrasser et être « pris en charge » par des hommes de la NSA. Commence alors une course contre la montre : le code de Forteresse Digitale introduit par Strathmore était un virus, et celui-ci a contourné l’antivirus. Le but de ce virus est simple : détruire les barrières de protections de serveurs de la NSA afin de rendre les données top-secrètes accessibles à tous les PC du monde. Une seule parade existe : un mot de passe que Tankado devait donner à la NSA lorsque celle-ci aurait révélé l’existence de TRANSLTR. Or, la mort de Tankado oblige à, au choix : couper la base de données, un désastre pour toutes les autorités y étant connectées ; ou trouver la clé. Hélas, le code écrit sur la bague n’est pas le bon, et, à l’entrée de celui-ci, le virus accélère son action : dix minutes plus tard, la base de données ne sera plus sécurisée. Seul un indice permet aux personnages de trouver le moyen de se sortir du piège : une entrée numérique. DCRL ELON IEEE SESA FPEM PSHG FRNE ODIA EETN NEMS RMRT SHAA EIES AIEK NEER BRTI est la solution mais il faut utiliser la méthode du carré de César ci-dessous. 3 en est le résultat des six minutes d’efforts de toute l’équipe, la différence entre l’uranium 235 de Hiroshima et l’uranium 238 de Nagasaki.

Le livre se termine par la demande en mariage de David à Susan et par l’enterrement d’Ensei Tankado. (source Wikipédia)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :